Contenu de la page

PARCOURS DE STYLE

Materra, des matériaux qui comptent

Alors que COS investit dans la société Materra, une entreprise pionnière en matière de technologie, ses cofondateurs nous parlent de leur innovation révolutionnaire : le coton cultivé sous serre.

(D) Dans le sens des aiguilles d'une montre depuis la gauche : Rajeshkumar Bhurablyn Pargi, Dilipsinh Rajuji Thakor, Vishal Sendhaji Rathod, Farm Associates et Edward Hill, cofondateur de Materra (Photographie : Dhruvin).  

Une approche proactive reflétant de meilleures pratiques, adopter les complexités d'une chaîne logistique transparente et s'engager davantage sur le terrain : Edward Brial, le PDG de Materra, évoque les actions qu'il aimerait voir le secteur de la mode prendre concernant l'approvisionnement de matériaux. En d'autres mots, une agriculture du coton résistant au climat, celle qu'il a cofondée en 2018 aux côtés d'anciens étudiants de l'Imperial College, Edward Hill et John Bertolaso.

La culture du coton sous serre à climat contrôlé est le mode opératoire de Materra. Le rendement par surface est jusqu'à quatre fois supérieur à celui de la culture traditionnelle du coton en plein air, l'utilisation d'eau est réduite de 80% et celle du dioxyde de carbone de 30%, et aucun pesticide n'est nécessaire. Il n'est donc pas surprenant que les projets pilotes de Materra ouvrent la voie à une production éco-responsable et évolutive du coton, tout en aidant les agriculteurs à préparer l'avenir de leurs exploitations sans nuire à la planète.

"Il est vraiment temps d'utiliser et d'évaluer la fibre différemment."

– JOHN BERTOLASO

Cette entreprise est rendue possible par l'impressionnante mise en commun des connaissances du trio. Avec des études en ingénierie mécanique et en sciences à leur actif ainsi qu'une expérience post universitaire dans l'aide aux jeunes entreprises dans le domaine des technologies vertes (notamment la transformation de déchets agricoles, l'élevage d'insectes pour la production de protéines destinées à la consommation humaine et la conception de changements comportementaux dans le domaine de la santé publique), ils ont démarré leurs activités de manière peu conventionnelle dans une serre d'Essex, en Angleterre, avant de s'installer dans le Gujarat en Inde en 2021.

(D) Edward Brial, cofondateur de Materra (Photographie : Ekua King).

Comparant leur modèle à "un vélo avec stabilisateurs", celui-ci leur permet de "diriger la culture dans la direction souhaitée jour après jour, comme par exemple choisir le type d'engrais et ajuster les températures en fonction de sa maturité". Son but ? Un coton extensible éco-responsable d'une belle douceur, qui soutient les communautés et préserve la planète. "Nous partons de zéro, ce qui nous donne l'occasion de réécrire la manière dont les choses ont été faites jusqu'à présent", explique M. Brial.

C'est une idée qui a trouvé un écho particulier auprès de COS, dont la conviction d'investir dans le présent pour un avenir meilleur a permis à Materra d'obtenir son tout premier rendement et de créer cinq prototypes de T-shirts qui seront développés, parallèlement à leur investissement, en 2021. Alors que nous nous préparons à ce partenariat passionnant, nous avons rencontré ses cofondateurs pour parler de cette culture du coton avant-gardiste, de l'importance de la communauté locale et de leur collaboration avec COS.

SON ORIGINE
Edward Brial : "Lorsque nous recherchions une transition vers une agriculture éco-responsable, l'agriculture traditionnelle contribuant à un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, en plus d'être l'un des plus grands tiroirs d'eau douce et où, en ce qui concerne la culture du coton, 9 producteurs sur 10 sont de petits producteurs, il est devenu évident que travailler dans cet espace était un domaine essentiel pour avoir un impact.

Nous avons commencé par discuter de la façon dont une grande partie de la mise en œuvre de la technologie s'est [historiquement] concentrée sur l'automatisation complète et l'importation de certaines solutions agricoles plutôt que de travailler avec ce qui est contextuellement parlant. Par exemple, il est nécessaire que les pièces proviennent de chaînes logistiques locales, car si des dégâts devaient survenir, vous ne pouvez pas importer du matériel suisse comme bon vous semble. Nous pensons qu'il est nécessaire de veiller à renforcer le nombre d'agriculteurs, et non pas à les remplacer.

L'un des constats très critiques était de s'assurer que l'industrie de la mode ferait de même. Nous avons franchi le plus grand nombre de portes possible, et c'est à ce moment-là que nous avons commencé à parler avec COS et à veiller à ce que l'industrie bénéficie d'une plus grande variété de matériaux éco-responsables."

LES AVANTAGES DU COTON CULTIVÉ SOUS SERRE
Edward Hill : "L'un des principaux avantages de la culture du coton dans un environnement protégé est que nous avons beaucoup plus de contrôle qu'un agriculteur traditionnel. Lorsque vous travaillez en extérieur, vous dépendez totalement de la météo : un environnement protégé ne peut pas recréer la lumière du soleil en cas de mauvais temps, mais nous permet certainement d'arroser la culture quand nous le voulons et d'en contrôler l'humidité ainsi que la température. Dans un environnement couvert, les saisons deviennent presque facultatives, ce qui vous fait revoir les possibilités. Les moussons, par exemple, ramollissent traditionnellement le sol et permettent de labourer ou de planter. Cependant, si vous ne dépendiez pas d'une mousson, y aurait-il un moment plus propice ?

Notre processus consiste à découvrir. Le coton n'a jamais été cultivé sous serre auparavant, contrairement aux cultures de salade sur lesquelles beaucoup de littérature est disponible. Le coton se cultive traditionnellement en extérieur, ce qui amènent des changements dans sa culture qui ne sont pas évidents. Nous devons comprendre comment travailler avec ces changements pour arriver au résultat désiré et explorer ce que nous pouvons contrôler, et ce dans quel but".

COLLABORER AVEC LES COMMUNAUTÉS LOCALES
Edward Brial : "Cette année, nous avons mis en place notre premier projet pilote industriel à Gujarat, l'un des plus grands États d'Inde producteur de coton. L'Inde est, bien entendu, le plus grand pays producteur de coton au monde, ce qui explique l'importance des connaissances et de la culture agricoles. C'est également une zone emblématique très chimique. Sur toutes les zones environnantes situées en dehors des terres sur lesquelles nous travaillons, vous pouvez voir l'utilisation de pesticides à champ ouvert, l'irrigation par inondation, etc.

Nos exploitations sont très différentes : il s'agit d'environnements contrôlés, situés sur des terres appauvries ou dégradées. Nous avons mis en place notre projet pilote dans un coin du site qui était à l'origine un bassin inondable où rien n'a poussé au cours des 10 dernières années. C'est pourquoi, nous avons réinitialisé cette zone de terrain.

Nous avons la chance énorme de pouvoir collaborer avec des partenaires que nous rencontrons sur le terrain. Nous avons engagé des producteurs de coton et notre gestionnaire agricole a déjà mené des projets d'indigo et de fruits bio auparavant. Ils possèdent tous beaucoup de connaissances au sujet de la culture du coton, mais ils sont également producteurs de coton. Travailler avec eux sera donc le meilleur moyen de nous assurer que nos solutions fonctionnent au sein de leurs écosystèmes".

Ed Hill : "Du côté de la science végétale, nous travaillons avec deux incroyables médecins en Inde, l'un d'entre eux possède une vaste expérience en Gujarat, en plus d'être un expert en science végétale et en culture de coton. L'autre est un spécialiste de gestion intégrée des pesticides, c'est-à-dire de l'utilisation de produits biologiques de lutte antiparasitaire ou de pulvérisation naturelle. Essayant d'éviter totalement l'utilisation de pesticides, nous nous appuyons beaucoup sur leur expérience de la région. Mais le plus amusant, c'est d'être sur le terrain, bien qu'il y ait des capteurs que nous utilisons, beaucoup d'entre eux sont basés sur la science observationnelle, qui est la manière dont beaucoup d'essais typiques sont exécutés".

(G) Surendra Sendhaji Rathod, associé agricole (Photographie : Dhruvin).  

John Bertolaso : "Nous développons également un système de soutien pour les agriculteurs avec une série d'outils utilisant l'intelligence artificielle et la vision artificielle pour mieux prédire certains problèmes qui pourraient survenir sur le terrain en cas d'infestation parasitaire ou de difficultés dans le cycle en raison de facteurs environnementaux. Ceci afin d'assister les agriculteurs dans leur prise de décisions".

RÉÉVALUER LE COTON
John Bertolaso : "Il est vraiment important de garder à l'esprit le système économique, car historiquement le coton a été massivement sous-évalué. Il est vraiment temps d'utiliser et d'évaluer la fibre différemment. C'est une bataille que nous devons mener, car le coton n'est jamais considéré comme une culture particulièrement précieuse, mais il le sera probablement à mesure qu'il deviendra plus difficile à cultiver à l'avenir, en raison du changement climatique".

"L'un des principaux avantages de la culture du coton dans un environnement protégé est que nous avons beaucoup plus de contrôle qu'un agriculteur traditionnel."

– EDWARD BRIAL

Edward Hill : "Nous avons changé notre nom Hydrocotton pour Materra en raison de la manière dont nous voulons nous développer, mais aussi dans le but de devenir une marque destinée aux consommateurs. C'est un véritable problème en ce moment. Si vous demandez aux gens dans la rue quelle marque de coton ils portent, ils ne le savent pas et répondent simplement du 'coton' – un seul mot pour tout un secteur. Nous souhaitions un nom plus accessible pour les consommateurs. Je pense que c'est quelque chose qui deviendra important pour les producteurs en général".

(G) John Bertolaso, cofondateur de Materra (Photographie : Ekua King).

TRAVAILLER AVEC COS
Edward Brial : "Il est essentiel de pouvoir travailler avec le haut de la chaîne logistique, car cela prouve qu'il y a une demande initiale pour le coton que nous allons produire avec les producteurs. Cela va changer notre modèle économique, en nous permettant d'anticiper la demande, ce qui va constituer un changement d'état d'esprit essentiel et une partie de notre parcours pour nous adapter à l'industrie de la mode de manière responsable. Lorsque vous travaillez avec une marque établie comme COS, cela peut certainement créer un précédent pour le reste de l'industrie".

Ed Hill : "COS a été l'une des premières marques que nous avons contactées. Son positionnement est très intéressant pour nous car il est accessible à de multiples données démographiques. Certains produits éco-responsables peuvent finir par être très chers ou assez communs. Ce qui nous a attirés vers COS est la longévité de leurs produits, mais aussi leur prix accessible. Ces deux éléments sont très importants".

L'AVENIR DE L'INDUSTRIE DE LA MODE
John Bertolaso : "Nous avons parlé du concept d'une mode positive. J'aimerais voir une industrie plus équilibrée, tant au niveau de la communauté que de la planète, un secteur qui favorise mieux les écosystèmes sur lesquels il s'appuie, plutôt que de les détruire, et qui valorise les communautés qui en font partie. Cela peut se manifester de bien des manières, mais trois choses que je voudrais voir dans l'industrie de la mode sont : un changement de paradigme dans la façon dont les affaires sont conduites aujourd'hui pour favoriser la circularité et la transparence, un changement dans la façon dont nous percevons les matériaux et les déchets, puis une action collective rapide pour modifier notre relation avec les matières premières et le monde naturel".

Ed Hill : "Certaines marques peuvent être coupables de vendre de la nouveauté et pas nécessairement des vêtements que l'on achète, que l'on aime et que l'on veut porter durant les années à venir. La mode s'est éloignée de la vente d'articles qui se portent bien pour se tourner vers la vente de nouvelles expériences, et je pense qu'elle pourrait revenir à la vente de vêtements originaux qui soient circulaires, transparents et fabriqués par des personnes talentueuses. Voilà une incarnation vraiment solide de ce que nous voulons voir à l'avenir".

Edward Brial : "Nous devons redéfinir la façon dont les entreprises prospèrent, sans détruire l'environnement ni négliger les personnes. C'est une question de justice : vous n'allez pas encourager les agriculteurs à être plus éco-responsables si vous n'investissez pas en eux. Cela renvoie à l'industrie de la mode qui doit se considérer, au moins du point de vue du coton, comme faisant partie de la chaîne d'approvisionnement agricole. C'est une réalité qui devrait être plus largement reconnue et acceptée".

Interview par Scarlett Conlon
Photographie : Dhruvin et Ekua King.


Continuer à lire

 

Le temps d'une pause avec Ronan McKenzie

 

La photographe et fondatrice de la plateforme créative Home partage l'importance de l'espace, du lieu et de la communauté

 

COS Winter Sounds

 

Des rythmes entraînants aux musiques d'ambiance, découvrez notre playlist de l'hiver.