Contenu de la page

Rina Sawayama redéfinit
le statu quo

L'artiste et actrice nippo-britannique parle de pop, d'émancipation et d'ouvrir la voie à ceux et celles qui suivent ses traces.

Rina Sawayama porte la robe longue évasée encolure en V COS.

Elle s'est forgée une réputation en créant de la musique qui défie les genres et des productions scéniques qui bouleversent les coutumes, avec des costumes, des éclairages, des chorégraphies et une scénographie entièrement à part entière. Ses deux albums studio, SAWAYAMA et Hold the Girl, sont déjà des classiques cultes, et elle s'est également tournée vers le métier d'actrice. Mais si Rina Sawayama était autrefois loin d'être un nom connu, c'est sa décision de remettre en question le statu quo de l'industrie musicale en 2020 qui a tout changé.

Comment ? En 2020, l'artiste et actrice nippo-britannique a été informée qu'elle n'était « pas assez britannique » pour participer aux Brits ou Mercury Prize, car, bien qu'elle ait vécu au Royaume-Uni pendant 26 ans et est titulaire d'un permis de séjour pour une durée indéterminée, elle n'en était pas citoyenne. Contre toute incertitude et malgré la crainte de répercussions, elle réagit. En février 2021, les règles ont changé et d'autres personnes dans la même situation peuvent désormais être célébrées pour leur contribution à la musique britannique. Ce n'est pas une mince affaire.

Rina est née à Niigata, au Japon, et a immigré à Londres avec ses parents à l'âge de cinq ans. Sa famille avait toujours eu l'intention de retourner au Japon, elle explique, mais quand elle avait dix ans, ils ont décidé de rester. Le décalage culturel que cette décision a provoqué déclenchera son succès ; ayant du mal à communiquer avec ses pairs et ses professeurs, la jeune Sawayama a consacré beaucoup de temps à la musique et à l'art dramatique à l'école, avec un appétit éclectique mêlant la Motown, le gospel, le hip-hop et le rock.

Son ambition l'a également menée de la musique à Hollywood. L'année dernière, elle a fait ses débuts d'actrice sur grand écran aux côtés de Keanu Reeves dans John Wick : Chapter 4. « Chad [Stahelski], le metteur en scène, recherchait quelqu'un capable de jouer et bon en chorégraphie », explique-t-elle. « Il a vu mes vidéoclips et a vraiment réagi au jeu d'acteur et à la danse qu'ils contenaient, ce qui lui a donné l'assurance que je serais capable de suivre la formation de cascadeuse ».

​C'était intense, bien sûr, mais « c'était une expérience incroyable », confie-t-elle, « et bien sûr, j'adorerais en faire plus. Il y a quelques conversations en cours, mais pour être honnête, en ce moment, je profite de mon temps libre pour réfléchir, écrire, lire et m'inspirer ». Nous avons rencontré Sawayama pendant cette pause pour en savoir plus sur son inspiration, ses efforts pour créer un paysage contemporain plus inclusif et, à l'approche de la Journée internationale des droits des femmes, les femmes qui continuent d'alimenter sa pratique créative.

Rina Sawayama porte le trench-coat croisé laine mélangée COS.

« C'est formidable de prendre le temps de rendre hommage à des femmes incroyables, mais je pense aussi que c'est quelque chose que nous devrions poursuivre au quotidien. »


LES ARTISTES QUI L'INSPIRENT

« Je le dis toujours mais c'est Hikaru Utada ! » Sawayama a rencontré la chanteuse pop, compositrice et productrice nippo-américaine, et son idole de longue date, en 2019, et a été bouleversée par cette expérience. « Mais pour les concerts, je pense que ma première source d'inspiration a probablement été Britney. Je me souviens qu'elle a été la première personne que j'ai vraiment admirée. »
En ce qui concerne ses inspirations actuelles : « Pour le moment, je dirais XG, Twigs, Mitski... Il y en a eu tellement au fil des ans, mais j'adore leur travail et leur carrière. »

LE POUVOIR NARRATIF DE L'ALBUM

« Je n'ai vraiment écrit et publié que des albums », affirme-t-elle. C'est un format puissant pour embarquer dans un voyage avec son public. « Je pense qu'une structure de 10 à 15 titres sera toujours un moyen incroyable de faire vivre à l'auditeur.trice pratiquement toutes ses émotions. C'est quelque chose dont je voulais capturer l'essence à la fois sur Hold the Girl et sur SAWAYAMA. »

OUVRIR LA VOIE

« Le plus dur, c'est quand on se sent seul.e à essayer, mais heureusement, avec les Britanniques et les changements, cela s'est traduit par une grande vague de soutien. J'adore mes fans et la façon dont ils m'ont soutenue. Ils l’ont pondéré, ont vraiment compris le message et pourquoi il est important pour les immigrant.e.s qui travaillent dans les arts au Royaume-Uni d’être entendu.e.s et reconnue.e.s. »

« Sans eux, sans elles, les choses n'auraient pas changé. » Sawayama possède une fervente communauté de fans, qui se fait appeler Pixels. « Cela signifie beaucoup [de pouvoir créer une communauté de personnes partageant les mêmes idées]. Surtout après la plus grande tournée que j'ai faite, les voir faire le tour du monde n'a parfois pas l'air réel. Je suis tout simplement très reconnaissante. »


Rina Sawayama porte le trench-coat croisé laine mélangée COS.

« J'espère que les gens sont fiers de leur identité culturelle. J'ai l'impression qu'il y a eu un net changement d'état d'esprit chez les jeunes. »


À LA FOIS JAPONAISE ET BRITANNIQUE

« [Le fait d'avoir grandi au Japon] a certainement influencé l'écriture de mes deux albums », affirme-t-elle, et l'aspect performance de son art est également façonné par son expérience de deux cultures parallèles. « Je tiens à ce que mes concerts fassent voyager au travers de certains des éléments étonnants, mais aussi difficiles, que représente le fait de vivre deux identités. »

« Crystal [Lockhart] », la directrice artistique qui travaille sur les visuels de nombreuses émissions de Sawayama, « est une personne à qui j'en parle beaucoup. Elle est américano-coréenne. J’adore ce qu’elle a fait avec des chansons comme Dynasty, par exemple, dans le concert de Reloaded . Cela a vraiment présenté ce que peut parfois être une lutte entre deux cultures. »

En incarnant cette intersection dans ses œuvres, Sawayama espère pouvoir inspirer d'autres personnes à faire de même. « J'espère que les gens sont fiers de leur identité culturelle. J'ai l'impression qu'il y a eu un net changement d'état d'esprit chez les jeunes. Vous pouvez le remarquer dans des films comme Past Lives, qui raconte magnifiquement bien cette histoire. »

SON STYLE PERSONNEL

« Incroyablement décontracté et pratique », dit-elle, à propos de ce qu’elle porte lorsqu’elle n’est pas sur scène. « Lors des tournages, en particulier, je porte toujours quelque chose de très confortable. » Et pour la pièce dans laquelle elle se sent le plus elle-même : « Principalement des pyjamas ! »

L'ÉGALITÉ DES SEXES ET LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES

« C'est formidable de prendre le temps de rendre hommage à des femmes incroyables, mais je pense aussi que c'est quelque chose que nous devons intégrer au quotidien. » Dans l’industrie de la musique, elle a un sens aigu de ce à quoi cela ressemble : « Que les femmes reçoivent la même attention, le même dévouement et le même soutien que tout le monde, dans l’ensemble de l’industrie, des artistes aux personnes qui travaillent dans des labels. »

SES CONSEILS POUR LES DÉBUTANT.E.S

« Prends ton temps et fais tout ce que tu peux par toi-même sans te soucier des autres ! »

5 MINUTES DE QUESTIONS

Votre disque préféré de tous les temps pour danser ?

Beyoncé, Love on Top.

Que collectionnez-vous ?

Des legos !

Qu'aimeriez-vous dire à votre jeune moi ?

Sois patiente.

Votre endroit préféré au monde ?

Tokyo.

 

 

Interview : Maisie Skidmore.
Rina Sawayama porte la collection Printemps-Été 2024. Photographie : Karim Sadil. Styling : Jane How.

 


Le choix de la rédaction

Filtrer

Filtrer

Effacer tout
23 articles
Trier

Trier

 

Poursuivre la lecture

 

Jack O'Connell : un acte difficile à suivre

 

L'acteur Jack O'Connell, vedette du film biographique sur Amy Winehouse, Back to Black, parle de la fin des stéréotypes sur les méchants.

 

Réécrire les rôles avec Havana Rose Liu

 

La déconstruction des stéréotypes asiatiques dans la mode et le cinéma