Contenu de la page

PERSONNALITÉS

Au-delà de la scène et de l'écran

L'acteur et activiste révèle les leçons que le métier d'acteur lui a enseignées, comment il utilise son profil pour la bonne cause et pourquoi il n'a pas peur de diviser l'opinion.

Finn porte une veste, un T-shirt, un pantalon, et des chaussures COS.

"J'aime ce qui divise l'opinion. Je l'accueille même volontiers."

Lorsqu'il n'est pas en train de briller à Broadway ou de s'attirer les faveurs des critiques pour ses rôles dans Ratched, The Big Short et la franchise de American Horror Story, l'acteur Finn Wittrock utilise sa notoriété et son influence sur les réseaux sociaux pour promouvoir les organisations luttant contre la crise climatique.

"Il suffit de faire quelques recherches pour se rendre compte de la situation d'urgence insensée dans laquelle nous nous trouvons", nous dit-il, tout en expliquant son sentiment de soulagement à l'idée que cette question figure enfin en tête des priorités internationales. "C'est tellement frustrant qu'elle ne soit pas suffisamment abordée."

À l'approche de la Journée de la Terre, nous avons rencontré le père de deux enfants chez lui via Zoom, un matin de bonne heure, pour parler de ses espoirs concernant l'avenir de ses enfants et de ses réflexions sur sa carrière.

FAIRE ENTENDRE SA VOIX
"Le changement climatique est la seule cause que j'ai essayé de soutenir, plutôt que de poster sur chaque nouveau sujet du moment ou d'exprimer mon opinion sur tout et n'importe quoi – j'ai l'impression que je dois mettre tous mes œufs dans le même panier si je veux faire la différence. Aujourd'hui, le phénomène atteint enfin une envergure critique, mais depuis deux ans, les médias n'en parlent pas assez. Pendant un certain temps, j'ai eu l'impression de crier dans le vide ou dans des oreilles indifférentes à ce sujet. Il suffit de faire un peu de recherche pour voir dans quelle situation d'urgence insensée nous nous trouvons. C'est tellement frustrant qu'elle ne soit pas suffisamment abordée. Il est difficile de déterminer à quel moment le problème a commencé à me préoccuper, mais si vous y avez prêté attention, on en parle depuis toujours. J'ai regardé pour la première fois An Inconvenient Truth en 2004, et je n'ai pas pu dormir cette nuit-là. Si je devais faire une psychose profonde de moi-même, je dirais que j'ai grandi dans un endroit très rural et boisé, puis j'ai déménagé à Chicago, puis à Los Angeles. La ville me semblait si destructrice quand j'étais enfant, en pensant à tous les arbres qui avaient été arrachés. Ce dont je me souviens le plus, c'est qu'à cause de la pollution lumineuse, les étoiles avaient disparu. Peut-être que c'est une chose qui a été en quelque sorte ancrée en moi, le fait d'être conscient de la nature destructrice de l'humanité dès mon plus jeune âge m'a peut-être poussé à en faire ma cause."

INVESTIR DANS NOTRE PLANÈTE
"Être père est l'une des choses les plus étonnantes et aussi les plus terrifiantes, car vous commencez à penser à l'avenir d'une manière totalement différente, à ce à quoi le monde ressemblera après votre départ ou lorsque vos enfants auront votre âge. Alors, investir dans la planète, c'est exactement la bonne façon de le présenter. Nos enfants représentent l'avenir, et investir en eux c'est investir dans la santé du monde dans lequel ils vont grandir. Je crois vraiment que leur éducation consiste à donner l'exemple et à mettre en pratique ce que l'on prêche. Je pense que l'on imite ses parents plus qu'on ne le croit, alors je veux qu'ils me voient aider le monde autant que possible."

Finn porte des lunettes de soleil et un pull COS.

Finn porte un blazer, un T-shirt, une chemise et un pantalon COS.

COMMENT FAIRE LA DIFFÉRENCE
"C'est difficile, parce que je crois que nous avons été dupés en quelque sorte en pensant que notre empreinte carbone personnelle représente un tout. C'est une façon pour les entreprises polluantes de rejeter la responsabilité sur l'individu plutôt que sur leurs actions depuis des décennies. C'est l'avantage des médias sociaux : ils permettent de sensibiliser les gens à un point tel que les gouvernements ne peuvent plus détourner le regard parce qu'il y a suffisamment de monde qui frappe à la porte. La protestation, le vote et le désinvestissement – où ne pas investir son argent – sont également importants. Le livre que tout le monde devrait lire, selon moi, est The Uninhabitable Earth par David Wallace-Wells. C'est un livre incroyablement éloquent, mais aussi dévastateur et galvanisant, et tellement complet ; la façon dont il épluche les statistiques est stupéfiante. Un autre ouvrage est Losing Earth : The Decade We Almost Stopped Climate Change, de Nathaniel Rich ; il s'agit du moment, dans les années 1980, où nous avons presque mis en place quelque chose. Et puis j'ai lu récemment ce livre qui peut être un peu controversé mais qui s'intitule How To Blow Up A Pipeline d'Andreas Malm. Ce n'est pas aussi violent que ça en a l'air, mais il aborde ce qui est nécessaire en termes de protestation et de remise en question."

SA CARRIÈRE D'ACTEUR
"Ma grande percée, et l'une des choses les plus épanouissantes de ma vie, a été [de jouer dans] Death of a Salesman à Broadway avec Philip Seymour Hoffman et Andrew Garfield, sous la direction de Mike Nichols. C'était une expérience déterminante. Jouer une grande pièce est la meilleure expérience de votre vie, la plus gratifiante, et jouer une mauvaise la pire, car il n'y a aucun moyen d'y échapper, et ce n'est pas fini après une représentation, vous devez le refaire !

J'ai été vraiment chanceux et j'ai appris des meilleurs. Le fait d'avoir Phil et Mike dans la même pièce, et qu'ils soient tous deux partis deux ans plus tard, est une chose à laquelle je continue de réfléchir. C'était Philip Seymour Hoffman [qui m'a donné les meilleurs conseils]. Il disait : 'Essaie de toujours être le meilleur acteur possible, même si ce que tu fais n'est pas pour toi'. Ce qu'il voulait dire, c'est que de bien travailler mène à un bon résultat. Dans une audition que vous savez que vous n'allez pas obtenir, la tentation est de faire les choses à moitié, mais si vous vous y rendez malgré tout, en pensant ne pas la passer mais en essayant de faire de votre mieux, ça fonctionnera d'une manière ou d'une autre. Les gens en parleront ou cela créera son propre momentum, vous n'avez qu'à être la meilleure version de vous-même."

SCULPTER SA CARRIÈRE
"En tant qu'acteur, la plupart de votre vie ne consiste pas à faire des choix, mais à ce qu'autres décident pour vous. J'en suis encore à auditionner pour des rôles, mais je commence à avoir plus de pouvoir dans mes choix. C'est un vrai changement en tant qu'acteur, surtout parce que vous passez tellement de temps à dire 'oui' à tout et à être désespéré pour n'importe quel travail. Soudain, lorsque l'option de dire non à quelque chose se présente, il est vraiment difficile d'annuler vos instincts d'acteur qui vous poussent à sauter sur toutes les opportunités. Mais c'est en disant non que l'on construit sa propre carrière. J'aimerais faire quelque chose qui bousculent les gens de la même façon que le film d'Adam McKay Don't Look Up. J'ai aimé la controverse qu'il a suscitée, le fait que certaines personnes l'aient aimé et d'autres détesté, et la lutte qu'il a déclenchée. Il contient un message évident, pas un message subtil, et c'est ce que je recherche. J'aime ce qui divise l'opinion ; je l'accueille même volontiers. J'ai travaillé avec Adam sur The Big Short lorsqu'il découvrait cette sensibilité à la réalisation de films combatifs et au désordre. C'est ce qu'il aime et embrasse, ce qui est si inhabituel. En général, chaque moment du film est élaboré par le réalisateur ; Adam a plutôt tendance à faire arriver un acteur en retard pour une scène, de sorte que les autres doivent improviser. Il aime le chaos, et je trouve cette façon de travailler très excitante, j'aimerais le revivre."

"Jouer une grande pièce est la meilleure expérience de votre vie, la plus épanouissante, et jouer une mauvaise, la pire."

LA RECONNAISSANCE DE L'INDUSTRIE
"Les récompenses signifient tout et rien ! C'est tellement agréable d'être reconnu et de sentir que son travail est apprécié, mais en même temps, ce n'est pas ce dont il s'agit. Nous sommes ici pour essayer de faire prendre conscience aux gens de leur propre humanité ; opposer les gens les uns aux autres pour un trophée en or va à l'encontre de cela. Et ce n'est pas comme les Jeux olympiques : vous regardez une course pour découvrir le gagnant, mais il n'y a pas de chronomètre qui définisse le bon jeu d'acteur ou de formule objective, donc c'est tellement arbitraire. Je trouve les Razzies si cruels, car personne ne sait à quel point il est difficile d'accomplir quelque chose. C'est même difficile de faire un mauvais film ! Et personne n'essaie de faire de mauvais film. Je ne juge pas les films aussi sévèrement qu'avant parce que je sais à quel point il est difficile de les réaliser et de les rendre bons.

Lorsque vous recevez une récompense, c'est génial. Mais lorsque nous consacrons trop de temps et d'efforts à cette réalisation, cela devient tellement égocentrique, et je ne pense pas que la personne moyenne s'y intéresse. La meilleure récompense, c'est tout simplement que les gens viennent vous voir et vous disent : 'J'aime votre travail'. Cela signifie réellement quelque chose quand je peux dire que quelqu'un a été touché par l'un de mes rôles. Je me souviens avoir fait une représentation de Roméo et Juliette pour enfants, et ce gamin est venu me voir après pour me dire : 'Comment as-tu réussi à pleurer à la fin ? Ça m'a rendu si triste.' C'était si pur que j'ai pris conscience que c'était la raison pour laquelle je faisais ça."

SA RELATION AUX VÊTEMENTS
"Il est très probable que je porte la même chose plusieurs jours de suite et que ce soit du noir. J'ai un sweat à capuche gris, l'essentiel parfait, un cadeau de Noël probablement que je porte depuis 10 ans. Ma femme plaisante en disant que je n'ai pas porté de jeans pendant toute la première année où elle m'a rencontré – je portais uniquement des pantalons en velours côtelé qui étaient des vêtements de seconde main. Je pense que j'étais plus méprisant de la mode quand j'étais plus jeune. Je pensais que tout cela était superficiel, et je me souviens que très tôt, je ne voulais pas porter de logos, j'étais toujours en monochrome et uni, parce que je ne voulais pas faire de la publicité pour les marques. Disons que je n'aime pas les autocollants de pare-chocs ! Mais dernièrement, j'essaie d'affiner ce que je porte pour ne pas acheter trop de vêtements, donc chaque choix vestimentaire a un sens, en plus d'être confortable.

5 MINUTES DE QUESTIONS

Quel film pourriez-vous regarder plusieurs fois et pour toujours ?
"Casablanca, absolument. Il semble si impossible dans son tournage. Chaque plan est si parfait, il y a tellement de détails subtils."

Quel serait votre rôle de rêve ?
"J'aimerais vraiment jouer Constantine dans The Seagull, Chekhov."

Que serait la soundtrack de votre vie ?
"Ma réponse instinctive est Visions of Johanna de Bob Dylan. J'en suis fan depuis longtemps et j'ai joué cet album, Blonde on Blonde, encore et encore quand j'étais au lycée.

Interview par Scarlett Conlon
Photographie par Tim Elkaïm
Styling par Clare Richardson


Poursuivre la lecture

 

Au-delà de l'art et de la conservation

 

Antwaun Sargent, critique et conservateur, présente un nouveau mouvement artistique noir

 

Au-delà de la maternité

 

Christy Turlington Burns nous parle de changement sociétal et de ses plus grandes inspirations