Contenu de la page

PERSONNALITÉS

Au-delà des définitions : Kai-Isaiah Jamal et la Pride en signe de protestation

Le poète, mannequin et militant parle des définitions de genre, comment être trans devrait être célébré comme un super pouvoir et de son dernier poème créé exclusivement pour COS.

Kai porte un T-shirt COS.

  "Bien que la Pride soit joyeuse, elle doit aussi être un espace de résistance et de protestation."

"Pride is where all the questions don’t need answer. where all the colours can blur into one. / La Pride est l’endroit où toutes les questions n’ont pas besoin de réponses, où toutes les couleurs peuvent se brouiller en une seule." C’est la dernière ligne du poème de Kai-Isaiah Jamal (they/them), exclusivement écrit pour COS. Le poète interprète, militant de la trans-visibilité et mannequin a créé l’antithèse d’un T-shirt à slogan, choisissant plutôt de poser ses pensées intimes et nuancées "pour mettre en lumière l’idée que la Pride est une célébration si personnelle, qu’il n’y a pas une seule façon de la célébrer avec succès." Ce petit texte a été choisi pour "encourager les gens à prendre un moment pour lire réellement ce qu’il y a sur le T-shirt et ne pas y voir juste un mot à la mode, ce qui ne reflète pas la communauté."

La Pride pour de nombreuses personnes LGBTQIA+ évoque des sentiments mitigés. Oui, c’est le moment de célébrer, mais c’est aussi l’occasion de réfléchir au travail qui reste encore à faire chez soi et à l’étranger. "Bien que la Pride soit joyeuse, elle doit aussi être un espace de résistance et de protestation," explique Jamal. "Je voulais intégrer l’idée de regarder en dehors de l’Occident, et d’inclure une gamme de récits différents qui entrent dans ce parapluie de queerness, pour représenter les gens qui ne sont pas les bienvenus dans certains espaces publics, ou ces pays où il est encore illégal d’être LGBTQIA+. Et pour représenter les gens qui se posent des questions, parce que lorsque nous parlons de Pride, nous oublions ceux et celles qui sont encore en train de comprendre ce que leur sexualité signifie exactement."

Nous avons rencontré le Londonien pour parler de l’importance de la Pride noire du Royaume-Uni, de la façon dont le genre peut être perçu "comme un manteau trop petit" et du fait qu’être trans devrait être célébré comme un super pouvoir.

LA PRIDE NOIRE AU ROYAUME-UNI
"Il est vraiment important pour nous, dans ces grandes villes cosmopolites et libérales, comme Londres, New York ou Sydney, où nous bénéficions de tant de privilèges, de nous rappeler combien de personnes sont exclues de la Pride. Une grande partie de la London Pride fait de la place pour un certain groupe démographique de la communauté. Les gens m'ont déjà d'ailleurs demandé lors de la Pride : 'Oh, tu es hétérosexuel.l.e ? ' Ce à quoi j'avais répondu : 'Non, je ne le suis pas. Je pass simplement dans un espace masculin.' Je trouve donc souvent la Pride assez difficile, et je passe généralement mon temps à la Pride noire du Royaume-Uni. La dernière London Pride à laquelle j'ai participé, je faisais partie d’un collectif avec lequel nous avions organisé une grande fête dans le Southbank Centre qui était vraiment pour nous, par nous. C’est ma façon préférée de célébrer la Pride : un événement que moi ou mes ami.e.s, ou ma communauté avons organisé, ce qui va à l’encontre de la procession et du sentiment habituels autour de la Pride. Je veux m’assurer que, pour ma libération, il n’y ait personne qui soit laissé pour compte."

79,00 CHF
UNISEXE
UNISEXE
ÉDITION PRIDE 2022
99,00 CHF
UNISEXE
ÉDITION PRIDE 2022

LA PRIDE DE CETTE ANNÉE ET SON COMBAT 
"Nous sommes encore dans une épidémie de violence envers les trans : qu'il s'agisse de personnes qui perdent leur vie, qui soient retirées des marqueurs de genre, qui ne parviennent toujours pas à changer de nom, qui ne sont pas embauchées, ou qui n'ont pas accès au logement. Je suppose que c’est l’intersection dans laquelle je tombe. Nous devons nous rappeler que la Pride a été lancée par des femmes trans et que l’idée qu’elles n'en soient pas à l’avant-garde est quelque chose qui doit changer. Les États-Unis qui acceptent un X comme marqueur de genre, c'est incroyable. C'est encore plus une urgence au Royaume-Uni. C'est quelque chose qui, je l'espère, provoquera beaucoup de conversations. Et nous devons regarder au-delà de l’Occident. Nous nous fixons tellement sur les États-Unis et le Royaume-Uni que nous oublions tous ces pays dans lesquels il y a encore des peines de mort et des gens en danger total. Je ne crois pas que nous puissions parler de liberté, de libération et de révolution queer sans que tout le monde soit exactement du même côté de la barrière."

LES DÉFINITIONS DE GENRE ET LEUR EXPRESSION
"Tant de gens me demandent : 'Voulez-vous vivre dans un monde sans genre ?' Non, je ne veux pas vivre dans un monde sans genre. J'ai compris l’importance du genre. Pour moi, il y a eu aussi un moment dans ma vie où je m’identifiais très strictement comme binaire. Et c'est là que j'ai fait mon coming out. Je prenais des hormones. Je voulais être he/him, donc appelé homme. Il y avait une assimilation qui voulait que je me rapproche autant que possible de la cisness. Supprimer le genre lui-même ne résout pas réellement le problème. À bien des égards, je pense que cela crée plus de problèmes. La plus grande chose dont les gens qui vivent à l’intérieur du binaire ont peur, c’est de se débarrasser de quelque chose ayant existé et fait sens depuis tant d’années. Je pense que nos étiquettes, titres et acronymes sont de plus en plus inclusifs, et si importants. Mais quand je pense au non-binaire, techniquement, pourquoi devrions-nous y rattacher un nom ? Le but est de résister au genre.

J’espère que nous commencerons à considérer le genre comme quelque chose de beaucoup plus vaste. J’avais l’habitude de faire cet atelier avec des enfants où nous les amenions à parler de genre sans parler de leur corps, ce qui, à mon avis, ne devrait pas s'arrêter avec la génération suivante. Nous ne savons pas comment parler de genre ou de sexualité sans parler du physique. Nous avons donc poussé les enfants à parler du genre en tant que couleur, lieu, chanson, ou forme. Ces enfants l'avaient décrit de cette manière : 'Euh, c’est comme un manteau trop petit et c’est inconfortable'. Je pense que c’est une façon plus importante pour nous de comprendre la présentation du genre de quelqu’un, que de dire : 'Je suis non binaire' ou 'Je suis genderqueer' ou 'Je suis trans'. Le fait qu'ils utilisent cette métaphore : 'En fait, le genre est quelque chose qui ressemble à un manteau mal ajusté '. Ok, alors comment pouvons-nous trouver un moyen de le rendre confortable ?"

"Je ne veux pas vivre dans un monde sans genre. J'ai compris l’importance du genre."

LE JEU DE GENRE
"J'espère que l'avenir sera en mesure d'encourager les gens à considérer le genre comme un terrain de jeu et quelque chose avec lequel s'amuser. Il m'a fallu beaucoup de temps pour y arriver. Avant, j'étais tellement rattrapé par une autre étiquette qui avait du sens. Je me trompe encore beaucoup. C'est drôle – je ne sais pas comment, mais surtout en raison de l'ignorance et de la paresse. Maintenant, je mets moins d’importance sur mes pronoms. Je ne sais pas vraiment si mes pronoms sont faits pour moi – je pense que mes pronoms sont en fait une aide pour que les autres me comprennent, et pour que je rende mon genre assez accessible pour que quelqu’un d’autre puisse le comprendre. Et en fait, quand j'y pense : 'Est-ce qu’ils reflètent qui je suis ?' Je ne sais pas. Le moment où j’ai commencé à glisser de haut en bas de l’échelle de la présentation du genre, c’est quand j’ai réalisé : 'En fait, c'est ce qui me représente le plus. C'est ce qui est le plus puissant, et cela ressemble le plus à la liberté'.

Je me réveille quelques matins en me disant : 'Non, je veux une nouvelle fois une chirurgie de haut niveau'. Et puis le lendemain matin, je me dis : 'Non, non, non. Prends ton temps'. C’est ce voyage continu. J'espère que les gens peuvent commencer à se rendre compte que nous devons traverser le monde avec amour. Nous parlons si souvent de transness par rapport à la transphobie. Les gens me parlent des difficultés de la transness, et je me dis : 'Oui, mais être trans n’est pas toujours la partie la plus difficile – parfois, c’est juste la société qui l’entoure. C'est la partie difficile. Être trans, c'est presque comme un super pouvoir, de bien des manières'. Nous avons un devoir envers la génération qui nous suit, pour qu'elle ne vive pas la même chose, pensant que ce sera une condamnation à mort ou la pire chose de leur vie. Il y a tellement de curiosité autour de la transness, qu'elle pourrait être quelque chose de révolutionnaire et important pour permettre aux gens de comprendre les humains en dehors d'un espace confiné du genre. Si la peur n'était pas là, ce serait tellement différent."

LA TRANS VISIBILITÉ ET SON HISTOIRE
"La visibilité est si importante. Il ne s'agit pas toujours de ce que vous dites : parfois, il s'agit simplement d'être dans une pièce et de faire en sorte que les gens réalisent que cette chose n'est pas une idée ou un concept. Trans n'est pas un mot à la mode Gen-Z. C’est une identité. Et c'est une identité qui a tant d'histoire. Vous avez la culture Yoruba, où il y a trois genres au Nigeria. Ils n'y parlent pas de 'transness'. Vous regardez les pratiques asiatiques en matière de spiritualité, où, depuis des années, il y a eu des femmes trans. Ou même les filles qui dansent en Inde, beaucoup d'entre elles sont des filles trans. Plus la langue évolue et plus la culture évolue, plus nous verrons probablement des questions. J'adore vraiment cette incertitude, parce qu'une grande partie de la transness est l'incertitude qu'il faut tenter de comprendre. Nous ne possédons pas de plan directeur. C'est ce que les gens ne réalisent pas : lorsque vous supprimez l'historique des personnes, cela signifie qu'elles n'ont pas de plan d'action ou qu'elles n'ont pas de référence à consulter. Nous apprenons beaucoup sur le tas."

5 MINUTES DE QUESTIONS

Quelle est votre chanson d'été ?
"Je l'écoutais hier, c'est Cleo Sol. Sa chanson Know That You Are Loved est tellement parfaite. Elle répète simplement ces paroles, encore et encore. Et c'est tout simplement magnifique."

Où seraient vos vacances parfaites ?
"J’ai récemment sorti une chanson intitulée Fantasy Island avec mon ami, Tom Rasmussen, également connu sous le nom de Tom Glitter. C’est essentiellement une note vocale de moi disant : 'True liberation for me is me arriving on an island with all queer people. And no straight people allowed. / 'La vraie libération pour moi, c’est que j’arrive sur une île avec toutes les personnes queer. Où aucune personne hétérosexuelle n’est autorisée.' Il s’agissait juste d’être dans cet espace et d’être libres. Je suppose que mes vacances parfaites seraient sur cette île fantastique inexistante dans ma tête."

Quelle est votre lecture de vacances d’été ?
"En ce moment, je lis All About Love de bell hooks, et cela a changé ma vie. Ça et Jasmine Mans, l’une de mes poètes préférées, avec son livre intitulé Black Girl, Call Home, qui touche à la race, au genre, à la sexualité, au fait d’être lesbienne dans un foyer noir."

Quel est votre festival d'été préféré ?
"Cette année, j’ai vraiment hâte d'être au Notting Hill Carnival. Et j’ai en fait trouvé un char queer avec lequel je vais participer. Ce qui coche toutes les cases."

Interview par Stuart Brumfitt
Photographie par Collier Schorr 
Styling par Esther Matilla 

VISIONNER LA VIDÉO
COS présente "And that’s okay", un poème de Kai-Isaiah Jamal, écrit exclusivement pour l'édition spéciale Pride.


Poursuivre la lecture

 

Zipeng Zhu pour une Pride plus audacieuse

 

L’artiste de New York au sujet d’une communauté inclusive et d’une marche vers une Pride plus défiante.

 

Au-delà des traditions : SOKO et la famille moderne

 

La musicienne indie au sujet de la maternité, de l'amour queer et du besoin de se battre pour les droits des enfants trans.

 

Le genre et l'identité par Collier Schorr

 

La photographe et artiste explique comment son travail vise à perturber et provoquer.