Contenu de la page

Mesurer notre succès

Au-delà des matériaux que nous utilisons. Si nous voulons atteindre notre objectif de 100% de matériaux provenant de sources durables d’ici à 2025, nous devons également utiliser les bons outils pour mesurer nos progrès. C’est pourquoi nous nous référons au Material Environmental Benchmark (Référence environnementale des matériaux) établi par le Groupe H&M. Ce cadre nous aide à évaluer chaque tissu que nous utilisons en fonction de ses bienfaits pour l’environnement.

Le benchmark utilise des méthodologies certifiées pour étudier les principaux domaines de l’impact environnemental, tels que le réchauffement climatique et la rareté de l’eau. Nous intégrons ensuite d’autres domaines qui sont importants selon nous – du bien-être des animaux et de la gestion des terrains à la façon dont nos produits sont éliminés après utilisation.

Grâce à ces méthodes vérifiées par des tiers, nous pouvons nous assurer que nos données soient harmonisées à l’échelle de l’industrie, ce qui permet à nos clients de prendre de meilleures décisions et de suivre nos progrès vers des matériaux 100% éco-responsables d’ici à 2025.

Une fois que nous avons une meilleure compréhension de chaque tissu, ils sont ensuite placés dans quatre catégories différentes.

Catégorie A
Matériaux avec le moins d’impact sur l’environnement. Il s’agit habituellement de fibres recyclées, naturelles ou régénérées, fabriquées à partir de résidus agricoles. L’agriculture biologique régénérative qui priorise la santé des sols entre également dans cette catégorie.
Catégorie B
Matériaux avec un faible impact sur l’environnement. Cela comprend les fibres organiques et synthétiques ou les plastiques fabriqués à l’aide de ressources renouvelables certifiées. Le polyester recyclé des bouteilles en PET entre également dans cette catégorie. Même si recyclés, seuls les tissus recyclés fabriqués à partir d’autres textiles peuvent être classés dans la catégorie A – car ils sont perçus comme réellement circulaires. Certaines fibres cellulosiques artificielles peuvent également être incluses dans cette catégorie. Par exemple, la matière première certifiée FSC qui utilise des solvants moins nocifs dans un processus de production en circuit fermé.
Catégorie C
Matériaux avec moins d’impact que les matériaux conventionnels. Par exemple, les fibres qui sont cultivées de façon plus éco-responsable, nécessitant moins d’eau pour pousser et cultivées sans pesticides nocifs – comme le lin ou le chanvre. Les fibres synthétiques et les plastiques fabriqués avec des matières premières certifiées et renouvelables entrent également dans cette catégorie. En ce qui concerne les fibres synthétiques, elles doivent être certifiées FSC à l’aide d’un processus de production qui respecte les limites d’émissions établies par la Production de polymères de l’UE.
Catégorie D
Ce sont souvent des tissus conventionnels, fabriqués à partir de fibres vierges qui nécessitent des ressources naturelles, comme les combustibles fossiles, dans leur production.
Tous les matériaux qui entrent dans les catégories supérieures doivent être certifiés par des tiers crédibles, tels que le GRS (Global Recycled Standard) et OCS (Organic Content Standard). Si aucune certification n’existe, nous créons d’autres moyens de prouver que les tissus ont été sourcés de manière responsable. Pour atteindre notre objectif de 100% de matériaux provenant de sources durables d’ici à 2025, nos équipes veillent à ce que tous les matériaux que nous utilisons entrent dans la catégorie C ou une catégorie supérieure.

Ce que nous entreprenons chez COS fait également partie d’une vision plus large avec le Groupe H&M. Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, explorez notre éthique matérielle et les autres mesures que nous prenons ici.