Contenu de la page

DÉCOUVERTES

Vues urbaines : Athènes

Considérée comme l'une des plus anciennes villes du monde, Athènes est également l'une des plus documentées, mais à travers les yeux de Chris Kontos, fondateur du Kennedy Magazine, il y a toujours quelque chose de nouveau à découvrir...

“Le centre-ville, c'est son coeur qui bat : les petites boutiques, les épiceries fines, le grand marché central.”

Athènes est une ville de contradictions. Une rencontre entre l'Orient et l'Occident. Entre l'ancien et le contemporain. L'ordre et le chaos. La lumière et l'obscurité. Ce n'est peut-être pas une belle ville dans le sens le plus strict du terme : ses charmes sont discrets. Athènes, c'est l'odeur de la fleur d'oranger amère avant Pâques. Athènes, c'est ses cinémas en plein air. Athènes, c'est son littoral. Athènes, c'est l'Acropole, un monument si imposant qu'il est difficile de le manquer. Athènes est plus belle encore baignée dans la lumière de 6 heures du matin qui orne ses imperfections, et que ses rues vides sont silencieuses du bourdonnement de la circulation matinale.

Je suis né ici à Pirée, “l'épeinion” ou le port d'Athènes, qui est inconnu du plus grand nombre. Pour moi, la ville elle-même et les expériences que j'y ai vécues en grandissant sont essentielles à ce que je suis et à la manière dont j'ai évolué en tant que personne et créatif au fil des années. Contrairement à ce que les gens pourraient penser, j'ai une relation plutôt dysfonctionnelle avec elle. En passant moins de temps à Athènes, je m'aperçois encore plus de ses défauts ! En tant que rédacteur en chef et photographe, je voyage tellement pour le travail que revenir à Athènes s'accompagne toujours d'un sentiment de nostalgie.”

MA VILLE
“J'ai la chance de vivre dans le centre d'Athènes qui est naturellement mon quartier préféré. J'aime être proche de tout ce dont j'ai besoin, qu'il s'agisse de mon café du matin, de pouvoir faire mes courses ou de prendre un verre avec des amis le soir. J'aime le fait qu'ici, la culture est à portée de main et que, socialement, il est excitant de rencontrer des gens spontanément pour une discussion rapide. Son centre-ville, c'est comme un coeur qui bat : les petites boutiques, les épiceries fines, le grand marché central. J'aime le fait que l'on puisse marcher partout, sans avoir besoin de voiture ou de métro. J'adore la place principale d'Athènes, Omonoia, qui malgré sa nature délabrée et abandonnée, regorge de trésors cachés prêts à vous surprendre si vous faites l'effort de l'explorer. J'aime aussi la vieille ville, Plaka, sous les pieds de l'Acropole.

Athènes a évolué au cours des dernières années et je crois que c'est l'une des villes les plus passionnantes d'Europe. La scène créative y est florissante, les possibilités sont infinies et la qualité est meilleure que jamais. En ce qui concerne la nourriture, j'aime Seychelles. De loin mon endroit préféré à Athènes. Il se trouve sur la place de Kerameikos, l'ancien cimetière d'Athènes. J'aime tout ce qui se trouve dans le menu car ils le changent souvent selon la saison, mais les pâtes accompagnées de viande de buffle et de fromage aigre-doux reste un plat incontournable. Une journée parfaite à Athènes ? Un bon café, un tyropita à la main. Des fouilles à Monastiraki. Dîner à la taverne Diporto, suivi d'un verre de vin le soir avec des amis sous l'Acropole.”

 

Image : Chris Kontos.

L'ÉVOLUTION D'ATHÈNES
“La croissance touristique est l'un des aspects les plus délicats concernant Athènes. J'en ai assez de voir des hôtels s'ouvrir dans tous les coins et de la gentrification de tous les quartiers qui leur vole leur originalité. Il est parfois difficile de trouver un équilibre entre traditions et évolution ; je ne voudrais pas voir Athènes devenir comme toutes les autres villes du monde. C'est un problème de notre époque. Vous retrouvez les mêmes magasins et restaurants où que vous alliez, comme s'ils étaient cachés dans votre valise et se révélaient où que vous soyez.”

MON PROCESSUS
“Je suis naturellement curieux. Je prends des photos tout le temps et je ne suis presque jamais sans appareil photo à la main. Je ne parviens pas à détacher le côté créatif de ma vie quotidienne. Il en fait partie. J'ai toujours voulu créer des images qui suscitent une certaine nostalgie, une émotion. Je trouve fascinant combien une image peut communiquer de la manière la plus directe et la plus sincère. Je tiens à toujours être sincère, que ce soit pour écrire ou photographier.

J'adore la recherche d'images en ligne et je possède une grande archive de centaines de milliers de références sur disques durs. Regarder des photos m'inspire et d'une manière ou d'une autre, cette habitude aura le plus influencé mon esthétique. Je m'inspire beaucoup du cinéma. Des artistes comme Edward Young, Tsai Ming-liang et Wong Kar-wai ont vraiment changé ma façon de voir les choses. Tout comme les photographes comme Joel Meyerowitz, Takashi Honma, ou Tina Barney, entre autres.

Lorsque j'étais plus jeune et que j'ai commencé à prendre des photos, j'ai beaucoup été influencé par Christopher Doyle, le cinéaste de Wong Kar-wai, et j'ai trouvé de nombreux coins de la ville pour réaliser mes rêves photographiques. J'ai toujours été fasciné par les lumières d'Athènes et beaucoup de mes éditoriaux de mode sont tournés le soir, en particulier dans les quartiers où se trouve la communauté pakistanaise, indienne et bangladaise, des parties de la ville où les couleurs et le caractère sont vraiment forts.”

COS Athènes ouvre au printemps. Rendez-nous visite et découvrez notre nouvelle collection

Continuer à lire

 

Xiuhtezcatl sur l'activisme et l'art

 

L'activiste environnemental et artiste hip-hop parle de communauté, de culture et de libération collective.

 

Le temps d'une pause : Adesuwa Aighewi 

 

Cinq minutes avec la mannequin, cinéaste et star de notre campagne.