Contenu de la page

PERSONNALITÉS

Repenser l'avenir du storytelling avec Manny Jacinto

"Diversifier les voix qui partagent ces histoires fait progresser le storytelling. Cela permet d'élever le medium" : l'acteur nous parle de cinéma, de mode et d'un avenir diversifié.

"Les gens du monde entier ont enfin l'opportunité de pouvoir s'exprimer. Ce n'est désormais plus réservé aux privilégiés."

"Le storytelling a toujours occupé une place importante dans ma vie", explique Manny Jacinto, "qu'importe son moyen d'expression. Qu'il s'agisse de danse, parce que j'ai commencé en tant que danseur, ou par le biais de l'interprétation, ou simplement en écoutant les histoires de mes grands-parents et de mes parents. C'est ce qui a vraiment défini ce que je suis."

​Et cela continue, à chaque nouvelle sortie très attendue. Depuis que l'acteur canadien a interprété – avec beaucoup de succès – le rôle de Jason Mendoza dans la série comique The Good Place, il a enchaîné les rôles tout aussi charismatiques : dans la mini-série Nine Perfect Strangers, la série d'horreur et de suspense Brand New Cherry Flavor, la comédie romantique I Want You Back et aux côtés de Tom Cruise dans le prochain film Top Gun: Maverick. Il fait preuve d'une polyvalence qui semble correspondre à son caractère : des parts égales de charme, d'humilité et de prévenance.

Nous l'avons rencontré lors d'une escapade dans sa ville natale de Vancouver au Canada, pour parler de l'avenir du storytelling, de l'appareil argentique qu'il aime garder à portée de main lorsqu'il est sur un plateau de tournage et des nouveaux développements passionnants qui attendent l'industrie, qui se veut de plus en plus diversifiée.

SA PREMIÈRE PERFORMANCE
​"Quand j'étais plus jeune, j'allais dans une école d'immersion française, et nous avions ce qui s'appelait l'​Art Oratoire, ou 'arts parlés'. J'étais en septième année quand j'ai trouvé toute une histoire à raconter devant la classe. Je me souviens combien j'avais travaillé dur pour essayer de la mémoriser. Je n'avais rien d'autre avec moi, juste moi, ma voix et mon histoire. C'était très vulnérable pour l'époque, mais aussi la première fois où j'ai réalisé que j'avais un talent pour raconter des histoires."​

L'IMPORTANCE DU TRAC
"Je ne pense pas que ces papillons dans le ventre aient jamais disparu. Si je ne ressens pas cette adrénaline, cela signifie que ce n'est pas important pour moi, que ça ne me passionne pas. Avoir le trac c'est donc une bonne chose – cela me rappelle l'importance de ce que je suis en train de faire."

SES RÉCITS PRÉFÉRÉS
"J'ai passé beaucoup de temps seul en tant qu'enfant, donc le medium le plus important pour moi était la télévision. C'était mon seul compagnon. Des dessins animés le samedi matin au sport avec mon papa, la télévision m'a apporté un peu de réconfort.

Aujourd'hui, l'ordinateur a pris la place de notre téléviseur. Ce sont désormais des algorithmes et des paramètres en arrière-plan qui influencent ce que les gens peuvent voir, que ce soit sur YouTube ou sur les réseaux sociaux. Au moins, la TV était un terrain de jeu à part entière, quand j'étais plus jeune – je n'avais pas à m'inquiéter que quelqu'un joue au maître marionnettiste dans les coulisses."

 

Manny Jacinto porte un sweat COS. (Photographe : Jack Davison).

 

Manny Jacinto porte un sweat et un pantalon COS. (Photographe : Jack Davison).

"Diversifier les voix qui partagent ces histoires fait progresser le storytelling. Cela permet d'élever le medium."

L'AVENIR DU STORYTELLING
"Lorsque j'ai commencé, c'était assez difficile d'obtenir le bon équipement pour faire un film ou monter un spectacle, et il fallait avoir les moyens. Alors qu'aujourd'hui, vous pouvez avoir une idée, la matérialiser avec vos amis sur votre iPhone, vous pouvez louer ou emprunter le matériel. Si un concept vous passionne et que vous voulez le porter à l'écran, vous n'avez pratiquement aucune excuse. C'est génial ! Les gens du monde entier ont enfin l'opportunité de pouvoir partager leurs histoires. Ce n'est désormais plus seulement réservé aux privilégiés.

Cela ouvre la porte à beaucoup plus de parcours de vie, de milieux culturels ou socio-économiques différents, ou simplement de points de vue différents. Heureusement, une diversité de voix se fait entendre aujourd'hui, ce qui est fantastique. C'est un moment incroyable que l'on est en train de vivre. Je suis tellement rempli d'espoir pour ce qui est à venir. Diversifier les voix qui partagent ces histoires fait progresser le storytelling. Cela permet d'élever le medium.

Tout est si accessible aujourd'hui. Nous avons la possibilité de créer, de capturer l'instant grâce à nos téléphones. Tout est en effervescence. Les gens se battent pour être au centre de l'attention. Je pense qu'à cause de ça, tous ces récits doivent être bien pensés et présentés au mieux pour captiver l'audience. Le temps est une denrée rare si recherchée."

LE STYLE D'UN INTROVERTI
"Mon style varie en fonction de la situation, et je pense que cela vient du fait que je suis un acteur. Dans les détails : j'apprécie un bon​ col roulé, avec un long trench-coat. J'essaie de faire attention à mon style mais sans trop analyser. Je dirais peut-être que comme les vêtements couvrent une grande partie de mon corps qu'ils agissent presque comme un bouclier. Je ne suis pas le plus grand extraverti. J'aime rester discret et observer les autres. Ces vêtements me permettent d'avoir l'impression de me cacher. J'ai appris à privilégier la qualité à la quantité : les articles que je choisis sont des vêtements que je peux porter pendant longtemps. Des pulls, vestes​ intemporels."

L'IMPORTANCE DE LA MUSIQUE LOIN DE CHEZ SOI
"La musique est l'une des rares choses qui puisse vraiment changer mon humeur de la mélancolie à la joie. J'avais l'habitude de me promener avec mon vieil iPod d'il y a 10 ou 15 ans, qui contenait toute la musique avec laquelle j'ai grandi. Cela me procurait un sentiment de nostalgie et de réconfort, peu importe où je me trouvais dans le monde. Ça m'a permis de garder les pieds sur terre en un sens. Je l'ai malheureusement perdu. Donc, si quelqu'un retrouve un iPod quatrième ou cinquième génération, faites-moi signe !"

SA DÉCOUVERTE PRÉFÉRÉE
"J'y suis maintenant, à Vancouver. Je suis basé à Los Angeles, mais Vancouver est l'endroit où j'ai grandi, et tant d'événements importants de ma vie se sont passés ici, tous les amis avec lesquels j'ai grandi sont ici, tout comme mes parents, ma famille. Vancouver est un endroit où je peux m'échapper, trouver du réconfort, respirer. Et quand je dis respirer, c'est littéralement et métaphoriquement parce que l'air de Vancouver est si bon, en raison de la façon dont la nature se marie à la ville.

À quelques pâtés de maison de chez moi, il y a un chemin de gravier qui longe l'eau avec comme un petit pont vers lequel on peut marcher et être entouré par l'eau. Le coucher de soleil y est magnifique. C'est un petit endroit secret."

5 MINUTES DE QUESTIONS 

Qui jouerait votre personnage dans le film de votre vie ?
"Peut-être un jeune Tony Leung – il est incroyable."

Que collectionnez-vous ?
"Je collectionne les appareils photo argentiques. J'aime prendre des photos sur le plateau, chaque fois que je travaille. Ça me calme de faire autre chose plutôt que de m'inquiéter de la scène ou du personnage. Sur le plateau, j'utilise souvent un Widelux. Je l'ai reçu de Jeff Bridges, quand j'ai travaillé avec lui très brièvement. C'est un vieil appareil photo panoramique et excentrique – je crois qu'il date des années 70. Les images qu'il crée ont tellement de caractère, particulièrement en noir et blanc."

Le premier album que vous ayez acheté ?​
"Je crois qu'il s'agit d'un album appelé Another Level par Blackstreet. Avec ce single classique, No Diggity.


Interview par Maisie Skidmore
Photographe :  Jack Davison
Styliste : Clare Richardson

Manny Jacinto (@mannyjacinto) porte notre collection Automne-Hiver 2021.. Photographe :​ Jack Davison.


Continuer à lire

 

Cameron McMillan et la danse contemporaine

 

Comment le danseur, chorégraphe et directeur du mouvement repousse les limites de la danse

 

Jodie Turner-Smith et l'égalité

 

L'actrice britannique basée aux États-Unis nous parle de style, d'éco-responsabilité et de ses espoirs pour un avenir plus juste