Contenu de la page

PERSONNALITÉS

Des femmes qui inspirent

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, nous avons rencontré trois personnalités qui illuminent le monde autour d’elles grâce à leurs idées et ce qu’elles défendent. Voici Lavinya Stennett, Alexandra Elle et MilaNonna…

Enseignant des chapitres de l'histoire essentiels aux futures générations ou révisant ce que signifie être une femme, épouse et maman de nos jours, nous avons rencontré trois femmes d'une grande inspiration pour parler de ce qu'être une femme signifie en 2021. Chacune d'entre elles aura illuminé une année qui en avait bien besoin. Voici Lavinya – fondatrice de The Black Curriculum, MilaNonna – pionnière dans la mode et professeur, et Alexandra – auteure et coach de vie enseignant comment prendre soin de soi – à une époque où le bien-être se révèle encore plus précieux que jamais.

 

Lavinya porte une maille COS. (Image: Jeff Boudreau).

LAVINYA STENNETT, FONDATRICE DE THE BLACK CURRICULUM

Née et ayant grandi à Londres, Lavinya Stennett a pour mission d'enseigner l'histoire noire au Royaume-Uni et au-delà. La jeune fille de 23 ans fonde The Black Curriculum dans le but de ré-imaginer le futur système d'éducation au travers de l'histoire britannique noire et de renverser l'absence du peuple noir des livres d'école. Son travail consiste à visiter des classes, donner des workshops, faire prendre conscience autour d'elle, soutenir les enseignants – et plus encore.

Pourquoi est-ce important de célébrer la Journée internationale des femmes ?
"Je pense qu'il est important de célébrer les femmes aujourd'hui, mais particulièrement lors de la Journée internationale des femmes. Il y a des femmes qui accomplissent des choses incroyables et parce celles-ci sont habituelles et quotidiennes, elles sont ne sont pas reconnues."

Qu'est-ce que cela signifie être une femme aujourd'hui ?
"Avoir confiance. Revendiquer sa force. Je ne pense pas qu'il y ait un concept fixe pour la féminité, et c'est un avantage car il peut ainsi se redéfinir et se recréer. La capacité de changement est puissante."

Qu'est-ce qui a inspiré The Black Curriculum ?
"Je dirais deux choses – l'une étant mon expérience. J'ai fait des études africaines qui m'ont ouvert les yeux sur l'histoire africaine, sa beauté et sa complexité. C'est quelque chose qu'on ne m'avait pas appris à l'école. La deuxième, c'est mon voyage en Nouvelle-Zélande qui m'a apporté une toute nouvelle perspective sur les empires et la connexion entre l'histoire britannique et le reste du monde."

L'année dernière s'est avérée difficile. Comment êtes-vous restée positive et motivée ?
"Actuellement, je prends chaque jour l'un après l'autre. La finalité de The Black Curriculum me motive beaucoup et je ne m'imagine pas arrêter d'y croire. Je suis convaincue que tous les jeunes individus du Royaume-Uni apprendront l'histoire noire et c'est ce qui me fait avancer."

Comment imaginez-vous le futur ?
"Un futur où les plus jeunes se sentiront acceptés et auront la possibilité de s'exprimer, non seulement individuellement mais aussi en tant que communauté. J'aime imaginer un avenir qui offre aux jeunes de complétement s'assumer."

5 MINUTES DE QUESTIONS

Quel est le dernier livre que vous avez lu ?
"'Why I write' par George Orwell."

Quel est votre atout style ?
"Les imprimés."

Votre dernière recherche Google ?
"Une vidéo sur YouTube au sujet des 7 genres d'homme éviter!"

Quelle est votre plus belle réussite ?
"Mon premier voyage en solo dans un nouveau pays, et tout ce que représente The Black Curriculum."

Si vous pouviez partager un message avec votre jeune alter ego, quel serait-il ?
"Arrête d'être si timide et ne ressens pas l'obligation de te retenir. Fonce."

 

Alexandra porte une maille COS. (Image: Farrah Skeiky).

ALEXANDRA ELLE, AUTEURE ET CONSULTANTE EN BIEN-ÊTRE  

Maman de trois filles et vivant à Washington DC, chaque jour est une Journée internationale des femme pour Alexandra Elle. Elle s'est tournée vers l'écriture dès son plus jeune âge afin d'exprimer ses émotions et d'utiliser ce partage d'expériences comme une sorte de thérapie. Depuis, ses histoires, ses enseignements et sa poésie ne cessent d'inspirer autour d'elle. Alexandra a aussi mis en place une série de workshops pour aider d'autres à trouver leur voie grâce à l'écriture. Son but ? Rapprocher les gens d'eux-mêmes.

Pourquoi est-ce important de célébrer la Journée internationale des femmes ?
"Quand des femmes se rassemblent, c'est magique. J'y crois avec ferveur et je pense qu'aujourd'hui plus que jamais nous nous serrons les coudes, nous nous soutenons les unes les autres, nous avançons ensemble. La sororité est si importante pour moi. Je pense qu'être une femme est magnifique. J'adore l'être et je ne changerais cela pour rien au monde."

Qu'est-ce que cela signifie être une femme aujourd'hui ?
"C'est se revendiquer de manière authentique et sans honte. Je tiens à montrer à mes filles qu'elles sont des personnes à part entière et qu'elles ont le pouvoir de défendre leur opinion. Qu'elles peuvent accomplir tout ce qu'elles désirent dans la vie, tant qu'elles travaillent dur et font preuve de gentillesse."

Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un traversant une situation difficile ?
"Laissez le réconfort vous trouver. Particulièrement lorsque c'est vraiment difficile et que la situation actuelle s'avère trop dure à gérer. J'encourage les gens à s'allonger et à prendre une grande respiration, à retrouver leur corps et à ne pas constamment forcer la guérison. La situation va s'améliorer, mais vous avez le droit à une pause émotionnelle de temps en temps."

Comment imaginez-vous le futur ?
"Il y a trois mots qui me viennent à l'esprit : justice, égalité et de l'amour pour tous. C'est tout ce que j'espère pour mes enfants qui grandissent et découvrent le monde."

5 MINUTES DE QUESTIONS

Quel est votre atout style ?
"Que du noir en hiver. Des pantalons noirs, des cols roulés, des bottes noires.'

Votre dernière recherche Google ?
"Une recette de cookies au beurre de cacahuètes que je vais faire avec ma petite après cet interview !"

Parlant cookies, quel est votre en-cas préféré ?
"Les M&Ms aux amandes. Et les manger avec des bretzels – un peu de salé, un peu de sucré."

Comment trouvez-vous la paix intérieure ?
"Prendre mon café est un rituel apaisant – la préparation de cette délicieuse tasse de café avec ce lait mousseux. J'imagine que c'est probablement peu conventionnel mais ça me permet de me concentrer."

Si vous pouviez partager un message avec votre jeune alter ego, quel serait-il ?
"Tellement de choses. J'ai un livre en cours pour elle ! Je lui dirais : 'Tu n'as pas besoin d'abandonner qui tu es pour être aimée.'"

 

MilaNonna porte une chemise COS. (Image: Kwon Sook Yeon).

MILANONNA, CONSULTANTE EN BIEN-ÊTRE ET MODE

Myungsuk Jang, AKA MilaNonna, est la première étudiante coréenne à avoir étudié la mode à l'Istituto Marangoni de Milan. Culturellement, il était rare pour une femme de son âge et mère de famille, de travailler et d'étudier à l'étranger, faisant d'elle un mentor moderne pour les mères actives. Après 40 ans dans l'industrie de la mode, MilaNonna est toujours ambassadrice de la culture coréenne – elle a même été décorée. Et comme si cela ne suffisait pas, elle a récemment commencé à partager sa sagesse dans le merveilleux monde de YouTube.

Pourquoi est-ce important de célébrer la Journée internationale des femmes ?
"Je suis de l'avis que l'histoire du combat contre notre oppression nous a amenées jusqu'ici. Les femmes d'aujourd'hui vivent mieux, mais certaines d'entre elles connaissent toujours l'inégalité. La Journée internationale des femmes n'est pas entièrement une célébration, il y a encore de quoi faire. J'espère que ce jour arrivera bientôt."

Qu'est-ce que cela signifie être une femme aujourd'hui ?
"Il n'y a pas de mots pour exprimer combien il est difficile pour une femme de combiner vie professionnelle en plus d'être maman. Il est temps pour notre société de sérieusement réfléchir à la différence et à la discrimination, et de reconnaître la force de notre genre."

Est-ce que l'éco-responsabilité représente un aspect important à prendre en compte lors de l'achat de vêtements ?
Bien sûr ! Je veille toujours à acheter des habits que je puisse porter longtemps. Je répare même mes sous-vêtements et mes vêtements d'intérieur. Ce n'est pas à cause de l'argent, c'est parce que notre surconsommation représente une menace pour notre planète. C'est quelque chose qui m'a peinée durant très longtemps mais je sais désormais que beaucoup de compagnies sont à la recherche de solutions. Je suis ravie de voir que COS y joue un rôle important.’

L'année dernière s'est avérée difficile. Comment êtes-vous restée positive et motivée ?
"Grâce à un certain passage de prière que je me répète souvent:
'Merci de donner la force de changer ce que je peux changer,
La douceur d'accepter ce que je ne peux pas changer
Et la sagesse de prendre conscience de ces différences.'"

5 MINUTES DE QUESTIONS

Quel est votre atout style ?
"Simple, pratique : mon seul et unique style."

Que collectionnez-vous ?
"L'expérience – qu'importe l'expérience, elle est intéressante."

Quelle est votre plus belle réussite ?
"Je suis fière de vivre un jour après l'autre. Je ne pourrais être plus fière, mais je suis reconnaissante d'avoir trouvé un but dans la vie."

Qu'est-ce qui vous inspire ?
"Je m'inspire de mes idéaux – le monde dans lequel j'aimerais vivre."

Qui jouerait votre personnage dans le film de votre vie ?
"Moi, évidemment ! La protagoniste de ma vie, c'est moi. Je dois être l'actrice du film de ma vie, vous ne pensez pas ?"


Au nom de Lavinya Stennett, Alexandra Elle et MilaNonna, en cette Journée internationale des femmes, COS fait un don à The Black Curriculum – une entreprise sociale visant à enseigner l'histoire noire britannique au Royaume-Uni, The Loveland Foundation – ­une organisation mettant à disposition une thérapie de soutien pour les femmes et jeunes filles noires dans le monde entier, et My House – un refuge offrant sécurité et soins aux mères célibataires en Corée. Si vous désirez vous aussi faire un don à My House, sélectionnez « Autres » et entrez « My House » comme option de donation.


Poursuivre la lecture

 

L'interview : Edie Campbell

 

Edie Campbell : la mannequin et cavalière nous parle de mode, comment vivre de manière plus éthique et de sa grande passion pour les chevaux.

 

Sélectionné par Romain Laprade 

 

Le photographe partage ses inspirations et les endroits qu'il préfère photographier.