Contenu de la page

PERSONNALITÉS

Au-delà de l'art et de la conservation :
rencontre avec Antwaun Sargent

Le critique et conservateur présente les projets de ce nouveau mouvement artistique lancé par des talents noirs.

Antwaun porte une chemise, et un pantalon COS.

En constante évolution, le monde contemporain de la consommation dans lequel nous nous trouvons est une époque où les artistes doivent trouver de nouveaux moyens pour communiquer et développer leur pratique artistique", déclare le conservateur, critique d'art et écrivain Antwaun Sargent (he/him). Pour ce commentateur originaire de Chicago, au parcours professionnel non traditionnel l'ayant conduit d'instituteur de maternelle à directeur de la galerie Gagosian, l'art dépasse la simple capture d'un moment historique. Les artistes noirs auxquels il consacre son temps sont les auteurs de leur propre destin, réécrivant le rôle des artistes par le biais de leurs œuvres explorant l'identité et la représentation.

Avec The New Black Vanguard, son livre de photographie de 2019 présentant un nouveau mouvement de photographes noirs, Sargent a fait entendre la voix d'artistes à la recherche de réponses très créatives quant à leurs relations uniques avec la culture et la société. Les photographies sélectionnées ne concernent pas seulement la communauté noire, mais révèlent comment cette génération émergente innove dans la création d'images. Ces jeunes talents apportent de "nouvelles perspectives et introduisent de nouveaux récits dans la contemplation". Et son approche en tant que conservateur qui défend leur travail se révèle tout aussi originale.

En plus de s'assurer que le spectateur s'intéresse au style individuel de ses artistes, et pas seulement à ce qu'ils ont en commun, il crée des espaces encourageant les visiteurs à se connecter physiquement à l'expérience en la traversant. En leur demandant de participer par le son, le toucher, et même le goût. Son influence sur un monde artistique souvent poussiéreux et glaciaire suscite plus de changements que de simplement rendre le travail de la communauté visible et accessible. La meilleure façon pour y parvenir ? Avec simplicité. "Plus de spectacles avec plus d'artistes noirs", dit-il.

Depuis son domicile new-yorkais, Sargent parle ici de progrès, de la représentation dans la mode des médias et des conversations artistiques auxquelles participer.

"Nous vivons une époque où les artistes doivent trouver de nouveaux moyens pour communiquer et développer leur pratique artistique."

NAVIGUER DANS L'INDUSTRIE
"Voyager dans le monde entier vers différentes régions des États-Unis, de l'Afrique, de l'Europe et des Caraïbes à la suite de ma pratique d'écriture m'a permis de m'engager dans la façon dont la communauté noire est représentée dans les arts visuels. Par la suite, ça a vraiment été un parcours collaboratif que j'ai transformé en livre, The New Black Vanguard, publié en octobre 2019."

MESURER LE PROGRÈS
"En termes de représentation globale de la figure noire, les couvertures de magazines des années 2020 ont présenté des sujets noirs trois fois plus souvent qu'au cours des 90 années précédentes. On pourrait voir cela comme un progrès, ou l'analyser et se demander pourquoi seulement maintenant ? Poser ces questions ouvre des débats vraiment intéressants autour de l'image commerciale noire et de sa circulation. Je me sens incroyablement chanceux d'avoir pu assister à ce mouvement et d'avoir écrit le premier livre à ce sujet. Ce sont de jeunes artistes âgés de 22 à 35 ans, au début de leur carrière, qui posent leur regard sur une histoire incroyablement blanche, masculine et hétérosexuelle."

REPENSER LE MONDE DE L'ART
"L'accueil réservé à The New Black Vanguard a été unique. Je n'ai jamais vu un livre de photographie recevoir un tel accueil au cours des dix dernières années. Plus de 20'000 exemplaires vendus. J'espère que cette attention pourra vraiment indiquer aux photographes noirs que leur travail compte. Lors de la tournée du livre, avant que Covid-19 ne nous arrête, les gens venaient de partout, de Seattle, du Texas. Il y avait une file d'attente dans tout le quartier pour voir l'exposition. J'ai vu des gens pleurer devant certaines photos. Je n'oublierai jamais cela pour le reste de ma vie."

RASSEMBLER DES EXPÉRIENCES
"Prenez l'exemple de Social Works 1 l'année dernière à New York. L'espoir était que les gens réfléchissent à la façon dont ils interagissent avec l'espace et aux privilèges, ou préjugés, qui leur sont accordés lorsqu'ils le traversent. C'est inhérent. Ma principale préoccupation, en ce qui concerne le public, était de réfléchir à la façon dont il puisse faire l'expérience d'une exposition. Ainsi, vous n'avez pas seulement une peinture sur un mur, vous avez également le son auquel vous pouvez danser, vous y trouvez une sculpture que vous traversez, une ferme à partir de laquelle vous pouvez vous servir de la nourriture. On vous demande de participer avec votre corps à certaines des œuvres de cette exposition, et j'espère que cela aidera les gens à réfléchir à la manière dont ils évoluent dans le monde."

L'ART ET LE STYLE
"Certaines de mes plus grandes inspirations sont les hommes présents dans le travail du peintre tardif Mr Barkley L Hendricks (1945-2017), dont les portraits frappants d'hommes et de femmes noirs sont incroyablement élégants."

LES VOIX ÉMERGENTES À SUIVRE
"Awol Erizku joue avec le commercial et le conceptuel dans la photographie. Les peintures allégoriques, semblables à des rêves, d'Alexandria Smith qui illustrent les nombreux rôles non parlés, les contradictions et les incertitudes projetées sur le corps féminin noir. Enfin, Amanda Williams dont l'œuvre architecturale est une réponse identitaire à la plus récente manifestation raciale aux États-Unis."

Antwaun porte un blazer, et un pantalon COS.

5 MINUTES DE QUESTIONS

Quelle exposition a eu le plus grand impact sur vous, plus jeune ?
"Kara Walker au Guggenheim."

Quel livre recommanderiez-vous ?
The New Black Vanguard.”

Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un envisageant une carrière artistique ?
"J'ai une direction claire de qui je suis, et je pense que lorsque c'est le cas, cela vous aide à définir votre style."



Interview par Ben Perdue
Photographie par Tim Elkaïm
Styling par Clare Richardson


Poursuivre la lecture

 

Une conversation avec Honey Dijon

 

Lisez notre entretien avec Honey Dijon, née à Chicago et installée à Berlin : cette DJ internationale nous parle de queer et nous explique que chaque jour est une Journée internationale des femmes.

 

Au-delà de la maternité

 

Christy Turlington Burns nous parle de changement sociétal et de ses plus grandes inspirations.